SE METTRE EN CHEMIN C’EST REVENIR A SOI


Se mettre en chemin c'est bien, encore faut-il comprendre ce que cela signifie. Il ne s'agit pas d'emprunter quelque route que ce soit à l'extérieur de soi. Se mettre en chemin, c'est revenir à soi, trouver le chemin à l'intérieur de soi. C'est le chemin le plus difficile, le plus âpre et parfois le plus douloureux. Mais il n'y a pas d'autre chemin possible pour atteindre la source. Si autant de gens préfèrent prendre un chemin à l'extérieur, c'est parce qu'il faut beaucoup de courage pour entrer en soi, regarder ses ombres, les reconnaître sans en être détruit et les transmuter en lumière. Mais c'est le plus grand cadeau que vous puissiez vous faire.

Et surtout c'est le plus grand cadeau que vous puissiez faire aux autres et au monde. Une fois vos ombres transmutées, alors seulement vous pourrez rayonner votre lumière à l'extérieur.

Aller à l'extérieur sans avoir fait au préalable ce retour à soi, en pensant que c'est plus altruiste de prendre soin des autres c'est au contraire projeter tout ce que l'on n'a pas réglé de soi-même sur l'autre.

On ne peut aider l'autre à se mettre en chemin que parce que l'on a soi-même beaucoup, beaucoup regardé ses ombres en face et travaillé à les transmuter. Alors seulement on peut regarder l'autre tel qu'il est, là où il en est, sans jugement ni projection et lui offrir notre écoute empathique et inconditionnelle comme une invitation pour lui à se mettre sur son propre chemin.

Pensée du 21 juillet 2019

Posts récents

Voir tout

Quand vous faites des choix de vie, demandez-vous toujours si vous les faites à partir de vos peurs ou à partir de la joie que cela vous procure. Si vous choisissez une voie pour calmer une peur, un m

Prendre conscience, c'est dans un au-delà du mental, c'est, comme son nom l'indique au niveau de la conscience, et plus précisément au niveau de la conscience cellulaire. On peut très bien avoir des p

Il faut imaginer votre chemin d’évolution comme un escalier qui se perd dans les nuages, dont vous ne pouvez pas voir le sommet, et même vous ne voyez pas la marche suivante. Vous savez qu’elle existe