top of page

ET SI ON ARRÊTAIT D’ÊTRE CE QUE L’ON FAIT ?

Combien de fois pouvez-vous exprimer votre être au lieu de votre faire dans notre société? Et quelle confusion vit-on dans les conversations lorsque l'on souhaite parler de soi, parle-t-on de soi ou du faire? De ce que l'on a fait dans une journée qui n'est pourtant pas ce que nous sommes? Remarquez dans la langue française, lorsque nous nous présentons nous disons : "je suis médecin, je suis enseignant". Non, nous pratiquons le métier de médecin, enseignant. Nous ne le sommes pas. Le lundi matin, au retour de périodes de congés, les collègues nous interrogent sur ce que nous avons fait de notre week-end, de nos vacances, autrement dit sur comment nous avons rempli notre emploi du temps... comme si notre raison d'être sur cette planète était de remplir un emploi du temps. Et en même temps, les mots manquent pour dire que nous n'avons rien fait de spécial, mais que nous avons été intensément nous pendant cette période.

Et si nous commencions à répondre à ces questions par : "j'ai cultivé intensément qui je suis" ?

Pensée du 10 janvier 2019

Posts récents

Voir tout

Quand vous êtes dans la tempête, dans des tourments de l'âme, vous pouvez parfois avoir l'impression que vous y êtes plongés pour l'éternité. Ne laissez pas cette pensée insidieuse faire son chemin da

Vous pouvez être vous dans n’importe quelle situation de la vie et inversement. Quel que soit l’endroit où la vie vous a mené sur le plan professionnel comme personnel, rien ne vous empêche d’être vou

On ne quitte pas son travail parce qu’on fuit une situation qui ne nous épanouit pas. On quitte son travail quand on a la certitude qu’on a accompli la mission que le divin nous avait réservée et que

bottom of page